Joël Mauvigney

Dans la famille Mauvigney, dans la famille de charcutiers, on demande le père Joël qui a fait rimer son prénom de quatre lettres avec un acronyme en trois, celui de MOF, meilleur ouvrier de France. Génération intermédiaire, entre ses parents et son fils Jauffrey, il est résolument un parangon de la transmission. C’est la partie évènementielle qui “transporte” Joël Mauvigney, au propre comme au figuré. Parce qu’il est vrai que cela demande “une organisation démentielle”. Il admet de son travail que “l’on pourrait dire que c’est la signature d’un semi gastro mais avec une logistique plus complexe, des cuisines que l’on déplace." Et il est capable de gérer des banquets pour 400 personnes, son plus gros évènement à ce jour. Pour satisfaire ses clients il s’impose un ratio de 8 mains pour 100 assiettes alors que certains traiteurs qui cassent le marché n’octroient qu’une paire de main pour le même nombre d’assiette. Et quand lui dispose d’un serveur pour dix personnes, des traiteurs sans labo et servant du congelé n’ont qu’un serveur pour quarante personnes